Ouvrir la recherche
Actualité

Les Ateliers de La Grande Chaumière en devenir

Mise à jour le 15/12/2020
Depuis l’acquisition de ce haut lieu de la vie artistique montparnassienne et parisienne, des études historiques et patrimoniales ont été confiées aux chercheurs du GRAHAL* et aux architectes des monuments historiques de l’agence 2bdm. D’abord, pour décrypter les étapes de la constitution et de l’activité, au cours des siècles, de cet ensemble complexe où s’imbriquent ateliers et lieux d’habitation ; ensuite pour étudier les conditions de sa préservation maximale dans le cadre du projet à l’étude.
Or, cette analyse approfondie des experts a révélé un risque d’effondrement imminent — la charpente et les poteaux s’étant désolidarisés par endroit — contraignant à la réalisation d’un étaiement d’urgence, et une exposition anormale au risque d’incendie. Avant même de développer un concept de réinvestissement des lieux autour d’espaces d’exposition et de création de grande exigence, il s’avère, par conséquent, indispensable de procéder à la sécurisation des lieux, une responsabilité première du propriétaire. La fermeture des Ateliers de modèle vivant et de l’Académie Charpentier, l’école d’architecture intérieure voisine, s’impose donc pour la sécurité des biens et des personnes, jusqu’à ce que les travaux soient menés. Alexandre Garèse, qui porte le projet de réinvention culturelle et artistique de La Grande Chaumière, souhaite dès lors « étudier la relocalisation des occupants actuels pour permettre la reprise des activités pédagogiques déjà interrompues par le confinement, et poursuivre la mise au point du programme et du projet architectural.
Un projet confié au concepteur Franklin Azzi, en relation avec l’architecte des Monuments historiques.
* Groupe de Recherche Art Histoire Architecture Littérature